Nous vous proposons de découvrir (ou redécouvrir) les terres catalanes à un rythme slow, sans stress, pour profiter au maximum de la nature, des paysages, des villages, des traditions, des repas et des gens de la Cerdagne et du Conflent. Pour cela, prenez un train à Puigcerdà en direction de la France et descendez au terminus : Latour-de-Carol, qui est également le départ et l’arrivée du petit Train Jaune (tren groc, en catalan), la ligne touristique qui permet de parcourir la vallée de la Têt (vall del Tet) à un rythme d’autrefois.

tren groc

Le train jaune.

Première arrêt : Saillagouse (Sallagosa). Si vous êtes à vélo, rien de plus facile que de pédaler jusqu’au bourg voisin de Llívia pour flâner dans ses anciennes ruelles. Autrement, un taxi ou une bonne marche dans la vallée cerdane sont également intéressantes. En tous les cas, rendez-vous dans la pharmacie la plus ancienne de l’Europe, faites un tour jusqu’au château médiéval puis découvrez l’ancien gisement romain du bourg.

Llívia_torre_i_castell

 Llívia, tour et château.

Chez Can Ventura vous pourrez goûter à la cuisine Cerdane dans toute sa richesse : charcuterie, trinxat, riz “de montagne” aux champignons et saucisse, fromage bleu de la Cerdagne… le tout accompagné d’un verre de Pansal del Calàs (DO Montsant) et complété par une crème catalane maison.

L’après-midi, une promenade jusqu’au village de Llo et les gorges du Segre. Aux bains de Llo, moment de détente grâce à ses eaux thermales sulfureuses dans un cadre d’exception, une parenthèse zen au cœur des Pyrénées. Après, nuitèe à Cal Miquel ou San Feliu.

Bains-de-Llo-hiver

Bains de Llo – Hiver

C’est à Font-Romeu qu’on fait la suivante halte. Les possibilités d’activités nature sont multiples : un pèlerinage à l’ermitage ou une balade autour des lacs des Bouillouses (les Bulloses). Les plus sportifs pourront aussi gravir le Carlit en été ou au printemps et, bien sûr, en hiver, dévaler les pentes blanches les skis aux pieds. L’après-midi, rien de mieux qu’une excursion à cheval ou une promenade au pied du Puigmal, dans la réserve naturelle de la Vallée d’Eyne (vall d’Eina) pour s’imprégner du charme de la région. Le soir, on vous attend à Cal Pai. Avez-vous déjà dormi dans une église avec la Haute Cerdagne à vos pieds?

bulloses

Bouillouses

Mont-Louis (Montlluís) est l’une des forteresses construites au XVIIe par l’architecte français Vauban, après le traité des Pyrénées (1659) qui fit basculer le territoire du nord de la Catalogne sous l’Empire Français.

Après la découverte de ce fort, patrimoine de l’humanité, reprenez le train jusqu’à Fontpédrouse (Fontpedrosa) ou Thuès-entre-Valls (Toès). Marchez dans la fraîcheur des spectaculaires gorges de la Carança puis détendez-vous dans l’un des nombreux sites d’eaux thermales de la région, à Saint-Thomàs ou encore à Thuès. Pour la nuit, La Maison Forestière ne vous laissera sûrement pas indifférent.

carança

Carança

Le train jaune s’arrête définitivement à Villefranche-de-Conflent, encore une citadelle érigée par Vauban pour défendre le territoire conquis par la couronne française lors du traité de 1659.

Parcourez le dédale de galeries et couloirs du Fort Liberia pour revivre l’histoire du site. Puis partez pour une odyssée gastronomique à L’Odyssée. Puis, une promenade dans Vernet-les-Bains, au pied du massif du Canigou, sera une excuse parfaite pour profiter encore des plaisirs des bains thermaux.

vilafranca-del-conflent-_7427073

 Villefranche-de-Conflent

L’ascension à l’Abbaye romane de Sant-Martin est une agréable excursion dans un des plus jolis coins des Pyrénées. Mais les bons marcheurs ne peuvent ne pas grimper au sommet du Canigou, le dernier (ou premier) géant du massif pyrénéen, qui permet de contempler la vue qui s’étend jusqu’au bleu de la Méditerranée.

canigo

Canigou

Lors du solstice d’été, laissez-vous subjuguer par la traditionnelle descente de la flamme du Canigou qui a inspiré le poème de Jacint Vedaguer («del bosc de Canigó són los fallaires que dansen, fent coetejar pels aires ses trenta enceses falles com trenta serps de foc…») qui est devenu l’un des symbles de l’identité et la culture catalanes.

Texte : Roger Jiménez / Slowing Catalunya

Images : Tourisme Pyrénées-Orientales

Anuncis